1er mai 1915 – New York – Howard Harrington

 

Enfoncé dans son manteau, Howard jure en tentant en vain de protéger la maigre flamme de son allumette du vent qui balaie la jetée. Lorsqu’enfin il parvient à allumer sa cigarette, il tire la première bouffée avec une satisfaction d’autant plus grande, et s’assoit sur sa valise pour profiter du paysage.

New-York s’étale devant lui. La ville aux immenses buildings et aux rues tracées à angles droits n’a rien à voir avec Londres et toutes les villes d’Europe. Howard doit l’avouer : New-York lui manquait. C’est là qu’il a grandi, qu’il a sa famille et ses amis, aussi lorsque l’ambassade lui a proposé de retourner au pays quelques semaines pour expliquer la situation navale en Europe à toute une série de membres de l’administration, Howard a sauté sur l’occasion. Certes, il a passé des jours entiers entre New-York et Washington à aller rencontrer des fonctionnaires qui n’écoutaient que d’une oreille ce qu’il racontait, mais qu’importe : il a vu sa famille. A dormi dans la chambre de son enfance. A partagé un verre avec de vieux amis de bancs d’école.

Mais à présent, il est temps de partir.

Derrière Howard, le paquebot qui va le ramener vers l’Europe attend. Il est immense, et le diplomate se sent minuscule à côté de lui. D’un coup d’œil par-dessus son épaule, Howard regarde les longues files de passagers qui embarquent lentement sur les passerelles menant dans les flancs du navire. Des membres d’équipage surveillent la manœuvre depuis le bastingage, et tout comme Howard, jettent un dernier regard à New-York tant qu’ils le peuvent encore.

“Excusez-moi Monsieur, est-ce bien la jetée 54 ?”

Howard lève les yeux pour se trouver nez-à-nez avec une femme qui lui sourit poliment, et qui retient d’une main son chapeau qu’une bourrasque menaçait d’emporter alors que son manteau claque au vent.

“Êtes-vous belge ? demande Howard qui n’a pas manqué de noter son accent.
– Pardon ? Oui, je suis Belge, approuve l’étrangère. Mais est-ce bien la jetée 54 ? insiste-t-elle.
– Toutes mes excuses, sourit à son tour Howard. Oui, c’est bien la jetée 54. J’espère que vous me pardonnerez ma curiosité, mais puisque la Belgique est occupée, je m’étonne de trouver une Belge prête à embarquer pour l’Europe.
– Je pars rejoindre le front, Monsieur, dit-elle. Mon deuxième fils part à la guerre et je compte bien le revoir. Je n’étais aux États-Unis que pour récolter des fonds pour mon hôpital.”

Il faut une bonne seconde à Howard pour qu’il arrête de la regarder stupidement et se lève enfin, les yeux écarquillés, en lui tendant une main amicale :

“Vous êtes Marie Depage ? demande Howard avec enthousiasme. L’infirmière belge qui donne des conférences sur la guerre dans tout le pays ? Vous êtes une célébrité, tous nos journaux parlent de vous !
– C’est bien mon nom, dit-elle en lui serrant la main. Et vous êtes ?
– Howard Harrington, conseiller à l’ambassade américaine de Londres. J’étais moi-même ici pour donner des conférences, si l’on veut…
– Ravi de vous rencontrer, Monsieur Harrington. Dites-moi, ne ferions-nous pas mieux de nous dépêcher d’embarquer ?
– Certainement ! s’excuse Howard. Laissez-moi au moins porter vos valises !”

D’un geste amical, elle le laisse faire et Howard s’empresse d’aider l’infirmière autant qu’il le peut. Marie Depage ! Howard regrette déjà que ses parents n’aient pas pu venir le voir partir puisqu’au travail, il aurait tant voulu qu’ils rencontrent une célébrité. Il faudra absolument qu’il leur écrive depuis l’Angleterre dès qu’il y sera.

“Tout va bien Monsieur Harrington ? demande l’infirmière en s’engageant sur l’une des passerelles du paquebot.
– Certainement, certainement, tente stoïquement Howard. J’arrive.”

Les valises à la main, Howard se retourne une dernière fois pour regarder New-York. Il compte chacun de ses pas sur la jetée, les ultimes sur le sol américain avant au moins des mois si ce n’est des années, puis suit Marie Depage pour embarquer.

Il jette un bref coup d’œil au nom peint sur le flanc du paquebot :

RMS Lusitania

Puis il disparaît à l’intérieur du navire.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :