Zoom sur : Les « Petites Curies »

Si les travaux scientifiques de Marie Curie sont bien connus, son implication dans la Première Guerre mondiale l’est moins.

En effet, dès le début des hostilités, Marie Curie souhaite aider la défense nationale comme elle le peut. Et constate rapidement que la France est insuffisamment équipée en matériel de radiologie. Pourtant, les rayons X sont particulièrement utiles en temps de guerre : ils permettent d’identifier rapidement l’emplacement des fractures ou des projectiles restés dans le corps des patients, et donc de lancer une opération chirurgicale aussi rapide que précise. Et les rares appareils à disposition sont gardés à l’arrière. Il faut donc évacuer les blessés jusqu’aux hôpitaux équipés, et nombre d’entre eux meurent dans le transport, qui souvent, aggrave leur cas.

ambulance

La presse à scandales, qui avait fait de Marie Curie une de ses « cibles » (une femme scientifique, étrangère et qui aurait eu une liaison avec Paul Langevin, un homme marié, un sujet de choix !), se retrouve bien vite à vanter ses mérites. Car la double prix Nobel de physique et de chimie ne ménage pas ses efforts pour trouver un remède à la situation des services médicaux français.  Appuyée par la Croix Rouge et l’administration militaire française, elle propose de renverser la situation : si les blessés ne peuvent se rendre en service radiologique, c’est vers eux que l’on enverra ces services. À bord de camionnettes spécialisées, tout simplement.

Son projet nécessite des fonds pour acheter les véhicules et les équiper. En sus de l’aide qu’elle a déjà, elle est rejointe par les associations de femmes, de blessés, et soutenue par de généreux donateurs qui lui envoient les véhicules dont elle a besoin. Marie Curie se charge de les équiper et de former leurs équipages (un chauffeur, un manipulateur et un médecin). Dans chaque voiture, un appareil à rayons X est installé derrière des rideaux et écrans, et la machine en elle-même est alimentée par la dynamo de la voiture. Les « Petites Curies » viennent de naître !

petite_curie3
Marie Curie à bord de l’une de ses voitures

On estime qu’un million de soldats ont été sauvés par les Petites Curies, rien de moins.

Marie Curie elle-même obtint son permis de conduire en 1916. Elle prit les commandes d’une voiture radiologique pour rejoindre le front, et jusqu’en 1918 près d’un millier de blessés auront été secourus par Marie Curie et son véhicule.

%d blogueurs aiment cette page :